Pour l'inscription aux examens d'admission: http://inscriptionbl.ca/EADSE

 

Invitation soirée d'information

Reconnu par le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec depuis 1992, ainsi que par quinze fédérations sportives, le programme sport-études offert à l’école secondaire Antoine-de-Saint-Exupéry de la commission scolaire de la Pointe-de-l’Île, grâce à l’excellence de ses partenaires, a contribué et contribue sans cesse aux succès d’athlètes ayant gravi les échelons sur la scène nationale et internationale. La qualité de l’encadrement académique et sportif en fait une école de premier choix pour les athlètes qui aspirent aux plus hauts sommets.

Notre programme est offert de la première à la cinquième secondaire et est offert non seulement aux élèves-athlètes de la grande région métropolitaine mais de toute la province. Certains de nos élèves proviennent également du Canada et même d’outre-mer. Il porte donc l'appellation « sport-études » du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport et peut utiliser cette appellation dans ses communications, puisqu’il a  les attestations officielles nécessaires pour être considérées comme un programme reconnu contrairement aux concentrations sportives. De plus, dans les programmes reconnus, les entraîneurs sont certifiés niveau 3 du Programme national de certification des entraîneurs (PNCE) et des liens étroits unissent les fédérations sportives, les clubs mandataires ainsi que notre établissement scolaire.

Depuis septembre 2010, nous sommes reconnus comme étant le pôle d’excellence sportive par le MELS  et nous avons été mandatés afin élaborer des outils pédagogiques pour les athlètes de haut niveau. Ce projet est également la marque de reconnaissance du MELS qu’en à l’excellence de notre programme tant sur les plans de l’encadrement académique que sportif.

Tous et chacun d’entre nous pratiquons une ou plusieurs activités sportives. Tantôt de façon récréative, tantôt de façon plus compétitive. Il nous est donc possible d’imaginer, un tant soit peu, les efforts et tout l’investissement qui s’avèrent nécessaires afin d’atteindre la consécration dans leur sport soit  une participation aux championnats provincial, canadien ou pour certains, aux Jeux Olympiques. Côtoyant ces jeunes au quotidien, je suis en mesure de constater l’engagement voir même l’acharnement que déploient ces jeunes hors du commun afin d’atteindre leur rêve, leur but ultime. Pour les jeunes de notre programme, l’expérience vaut tous les efforts et ce véritable don de soi pendant tant d’années.

Les élèves-athlètes allient donc à la fois leurs objectifs sportifs et scolaires. Là n’est pas une mince tâche! C’est pourquoi,  l’objet fondamental de notre programme sport-études lors de sa mise sur pied était, et est toujours, d’aider les élèves-athlètes dans leur recherche de l’excellence tant au niveau sportif qu’au niveau académique en leur permettant de concilier horaire sportif et horaire scolaire et ainsi, former les citoyens de demain. Pour nous, l’élève-athlète est au centre de ses réussites. Cependant,  il va de soi que ses objectifs ne peuvent être atteints que par un étroit partenariat entre les différents intervenants qui gravitent autour de nos élèves-athlètes soit les parents, les enseignants, les entraîneurs et les fédérations sportives. Cette collaboration est entre autre ce qui fait que notre programme se démarque et qu’une quinzaine de fédérations sportives renouent leur confiance en notre programme année après année.

Cette solide réputation s’est forgée au fil des années de par la chaleur, l’implication et l’expérience de tous les intervenants de l’équipe-école. Les membres du personnel accompagnent nos élèves-athlètes dans le meilleur environnement éducatif qui soit tout en étant conscients des adaptations nécessaires afin que ces derniers atteignent leurs buts.

Bref, le programme sport-études offert à l’école Antoine-de-Saint-Exupéry est le milieu de vie tout désigné où votre jeune fera l’acquisition d’outils pour réaliser ses rêves sportifs mais surtout aussi pour réussir ses projets de vie personnels.

 

Sportivement vôtre,

Josée Paquet

Responsable du programme sport-études

 

Pour de plus amples informations

PHOTO MAXIME CÔTÉ 

Les boursiers présents lors de la 23e édition du Programme de bourses Banque Nationale entourés de messieurs Louis Vachon, président et chef de la direction de la Banque Nationale, Martin Lavigne, président de la Financière Banque Nationale - Gestion de patrimoine et Claude Chagnon, président de la Fondation de l'athlète d'excellence du Québec.

Migaël Beaudoin (secondaire 3) a remporté la coupe dans la catégorie des garçons, ceintures jaunes et oranges de moins de 60 kilos lors de la Coupe de Montréal.

Les Canadiens de Montréal réinvestissent 250 000 $ dans la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec permettant la poursuite de leur programme de bourses dédié à la relève en hockey masculin et féminin

Montréal, 10 février 2015 – Les Canadiens de Montréal ont annoncé aujourd’hui qu’ils désirent poursuivre leur partenariat avec la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec (FAEQ) en y investissant 250 000 $
sur cinq ans, de 2015 à 2020. Ceci permet donc la poursuite du Programme de bourses des Canadiens de Montréal dédié à la relève en hockey masculin et féminin.

 Le président des Canadiens de Montréal, M. Geoff Molson, en a profité pour remettre 28 bourses de 1 500 $
à 28 étudiants-athlètes émérites en hockey, âgés entre 15 et 18 ans. Huit bourses ont été remises à des hockeyeuses membres de l’Équipe du Québec qui aspirent à une sélection au sein de l’Équipe nationale senior et 20 autres bourses ont été remises à des hockeyeurs provenant de la Ligue Midget AAA. La remise de bourses s’est déroulée au Centre Bell avant le match mettant aux prises les Canadiens et les Flyers de Philadelphie.

Les bourses sont de trois types cette année; 17 bourses d’Excellence académique ont été attribuées aux étudiants-athlètes qui ont obtenu des résultats scolaires dignes de mention, 10 bourses de Soutien à la réussite académique et sportive ont été octroyées afin d’encourager une meilleure conciliation du sport et des études, ce qui représente un réel défi pour plusieurs athlètes de pointe, et finalement un étudiant-athlète s’est vu remettre une bourse Persévérance, pour souligner son attitude exemplaire et sa détermination suite à une blessure très sérieuse et des défis scolaires relevés. Rappelons qu’un des critères d’admissibilité est la poursuite des études de façon à mieux préparer l’après-carrière sportive.

 

Lors des derniers jeux du Canada, Maude Jobin (élève de secondaire 5, en bas à droite) ainsi que son équipe de nage synchronisée se sont mérités l'or.

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez télécharger le formulaire d'inscription dans la section formulaire ou ici.

Deux nouveaux partenariats ont vu le jour cette année:

Le premier avec l'académie de l'impact de Montréal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Internet : www.academieimpactmontreal.com

Le second avec l'école nationale de cirque de Montréal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

www.ecolenationaledecirque.ca

http://www.ecolenationaledecirque.ca/fr/formation/cirque-tudes-secondaires

En janvier dernier, deux de nos élèves se sont illustrés lors du championnat canadien de karaté qui se tenait en Colombie-Britannique. En effet, en combat individuel fille 14-15 ans +54kg, Sophiat Gracias s'est mérité la médaille de bronze.

(voir la photo qui suit). De son côté, Youssef Azzouz, 18-20 ans -67kg, s'est quant à lui mérité la médaille de bronze à l'individuel et par équipe homme. Bravo à vous deux !

Émile Poirier a grandi dans l’adversité

par Simon Bédard, Hockey Le Magazine (23 décembre 2014)
Il y a des nouvelles qui sont plus difficiles à encaisser que d’autres. Celle qu’a apprise Émile Poirier, en mai dernier, fait partie du lot. Une épreuve de force de caractère et de désir de vaincre qu’il a mis un certain temps à digérer, mais qu’il a surmontée haut la main.
Émile Poirier estime avoir grandi dans l'adversité au cours des derniers mois.
 
 
Émile Poirier estime avoir grandi dans l'adversité au cours des derniers mois. (Crédit photo : Flames d'Adirondack
Une vieille blessure subie lors de sa deuxième saison avec les Olympiques de Gatineau, en 2012-2013, a forcé Émile Poirier à rater le camp d’entraînement des Flames de Calgary, en septembre dernier. Il a appris qu’il allait devoir s’absenter pour une longue période en mai dernier, quelque temps après avoir été contraint de passer sous le bistouri. « Je me suis fait opérer à l’épaule l’été dernier, confie-t-il à Hockey Le Magazine. Ça faisait une certaine période de temps que je trainais cette blessure-là. En subissant une opération, je savais que j’allais devoir rater le camp d’entraînement des Flames. C’était une période de six mois de réhabilitation. Je m’étais déjà fait à l’idée. » Sur le coup, Poirier a eu de la difficulté à accepter son sort. C’est comprenable. Comme tout choix de première ronde (22e au total en 2013), il croyait bel et bien en ses chances de forcer la main de l’entraîneur-chef Bob Hartley. Il aurait aimé lui laisser, une fois de plus, sa carte de visite. « C’était plate et ça m’a fâché de ne pas avoir la chance de démontrer mon savoir-faire, mais je n’avais d’autre choix que de régler cela le plus tôt possible, analyse le principal intéressé. Si j’étais allé au gros camp des Flames, j’aurais tout fait en mon possible pour causer une surprise. Mais bon, je ne l’ai pas pris trop négativement. » Une fois la poussière retombée, le numéro 21 a décidé de tourner la page et d’aller de l’avant. Il s’est donc rapporté au préparateur physique Stéphane Dubé, qui l’a soumis à un programme d’entraînement hors-glace vigoureux. « Je n’ai pas pu chausser les patins au cours des trois ou quatre premiers mois suivant mon opération, donc j’étais pas mal dans le gymnase, note le Québécois. Il a fait un travail incroyable avec la physiothérapie et toutes ces petites choses-là. Nous étions dans le gymnase à tous les jours ou presque. Avec le recul, j’estime que ç’a été bénéfique pour moi, car ça m’a permis d’arriver à Adirondack au sommet de mon art. » En plus du camp d’entraînement des Flames, le Montréalais de 20 ans a été contraint de rater les neuf premiers matchs des Flames d’Adirondack, leur club-école dans la Ligue américaine. Du haut de la galerie de presse, il a dû prendre son mal en patience et tenter de soutirer le plus de positif possible de cette fâcheuse situation. « Je crois que ça m’a permis de grandir dans l’adversité un peu, juge l’ancien membre du Rousseau Royal de Laval-Montréal midget AAA. Six mois de réhabilitation, ce n’est pas toujours facile, mais j’avais une bonne équipe autour de moi et elle m’a beaucoup aidé. Quand tu es en haut, que tu le veuilles ou non, la game est différente. Ça m’a aidé à bien assimiler ce que c’est chez les pros et à mieux comprendre comment ça se joue. Quand je suis arrivé dans la formation partante, ç’a fait en sorte que j’étais prêt. »

Des débuts fracassants

 Émile Poirier a finalement effectué ses débuts dans la AHL le 1er novembre dernier, contre les Comets d’Utica. Il a salué son retour au jeu de brillante façon, en marquant deux buts dans un revers de 5-4. « En arrivant ici, mon but, c’était simplement de jouer mon match, mentionne celui qui a récolté 16 points (8-8) à ses 22 premiers matchs du calendrier régulier. Je ne m’étais pas vraiment fixé d’objectifs quelconque par rapport aux points, mais ça va plutôt bien offensivement jusqu’ici. Nous avons un bon personnel d’entraîneurs et ça aide grandement. J’essaie de créer des choses en attaque et je joue un peu sur l’avantage numérique. J’essaie d’amener de l’énergie et de la vitesse en échec-avant et de terminer mes mises en échec à tous les matchs. »

En gagnant son combat de finale régionale qui a eu lieu vendredi dernier le 5 déc 2014 au club de boxe de l'est, William Beaulieu Gingras vient de se qualifier pour la 50e finale des jeux du Québec.

Lors du gala tapis rouge de la Fédération de soccer du Québec du 18 octobre 2014, Alexandre Côté a été nommé parmi une sélection de 11 joueurs comme étant les plus utiles dans la LSEQ.  Il a d’ailleurs remporté le « ballon de bronze » comme joueur le plus utile LSEQ U14m.  Finalement, il a également remporté le « soulier d’or » , honneur remis au meilleur marqueur de la Ligue de soccer élite du Québec U14m AAA.

De plus, dimanche le 9 novembre avait lieu le gala de Soccer-Estrie.  Alexandre a remporté le « ballon d’or » honneur décerné au joueur par excellence AAA toute catégorie. 

 

 

 

       
   
 
 

 

 

 

 

 

 

Communiqué

 

 

En collaboration avec la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec,

  

 

Hydro-Québec remet des bourses totalisant 88 000 $

à 30 étudiants-athlètes

 

 

 

 

Montréal, le 21 septembre 2016 – Hydro-Québec et la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec (FAEQ) ont dévoilé le nom des 30 étudiants-athlètes qui se sont partagé 88 000 $ en bourses individuelles de 2 000 $ ou 4 000 $ dans le cadre de la 19e édition du Programme Hydro-Québec.

 

Deux types de bourses ont été octroyées cette année : la bourse Excellence académique, remise à 11 lauréats afin de souligner les résultats scolaires dignes de mention et la bourse Soutien à la réussite académique et sportive, remise à 19 lauréats afin d’encourager la conciliation du sport et des études. 

  

Quelque 18 anciens boursiers du Programme Hydro-Québec se sont démarqués en participant aux Jeux olympiques et paralympiques de Rio, notamment : Eugénie Bouchard en tennis, Jennifer Abel, Meaghan Benfeito et Roseline Filion en plongeon, Katerine Savard en natation, Antoine Valois-Fortier en judo, Dorothy Yeats en lutte olympique et Jonathan Vermette en basketball fauteuil roulant.

 

« Le Programme de bourses Hydro-Québec, mis sur pied en 1997, récompense des étudiants-athlètes identifiés Relève ou Élite, afin d’intervenir dès l’émergence de leur talent, bien avant qu’ils soient connus et reconnus. Hydro-Québec et la FAEQ sont donc unis pour la réussite académique, sportive et professionnelle de ses boursiers depuis plus de 25 ans », a déclaré M. Claude Chagnon, président de la FAEQ.

  

Critères d’admissibilité

 

L’étudiant-athlète doit s’inscrire dans un projet d’après-carrière qui se traduit souvent par la poursuite d’études secondaires, collégiales ou universitaires. En plus d’être identifié Relève ou Élite par sa fédération sportive, l’étudiant-athlète doit être admissible pour représenter le Canada aux Jeux olympiques, paralympiques ou aux Championnats du monde dans sa discipline sportive. Hydro-Québec accorde au moins une bourse à un étudiant-athlète parmi les lauréats de chacune des régions d’activité de l’entreprise.


 À propos de la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec : UNIS POUR LA RÉUSSITE

 

 

La Fondation se démarque par son approche personnalisée, sa rigueur de gestion et son rôle d’influence auprès du milieu du sport et de l’éducation. Avec un nouveau plan quinquennal de 2015 à 2020, elle a comme principaux objectifs d’augmenter de 35 % le montant annuel en bourses et le nombre annuel de boursiers. Cette année, c’est un montant de 1,2 million de dollars qui sera attribué à plus de 425 étudiantes et étudiants-athlètes. Les bourses de la Fondation récompensent l’excellence académique, encourageant la conciliation des études et du sport de haut niveau, soulignent le leadership ou reconnaissent la persévérance. La FAEQ est animée d’un réel désir de s’unir avec ses anciens boursiers et ses partenaires pour la réussite de ses boursiers et ainsi faire une différence dans leurs parcours académique, sportif et/ou personnel. Visitez le site web de la Fondation à faeq.com et nous vous invitons à aimer la page Facebook : FAEQ – Fondation de l’athlète d’excellence du Québec.